mirador_preview_330

Retour au catalogue

Tropical Horses

Mirador
2016-02-23

Vinyl & digital
(p) & (c) 2016, Anywave  / Montagne Sacrée
ANYVIN006 / MS04

All songs written, performed and recorded by Tropical Horses
Produced by Princesse / Mastered by AVGVST
Artwork by Myriam Barchechat / Photo by Pierre Ströska

 


Tropical Horses - Dead Gaze Exorcism (Official... par anthonylapia


Kiblind, 14/03/16

“Mirador est sorte de boule constituée de mille influences, mille sons et mille émotions qui transperce l'auditeur de part en part.”

À Découvrir Absolument, 11/02/2016
“Mirador est un disque qui nous pousse vers l’épuisement sans nous asphyxier, une suite de test auditif, comme si Primal Scream reprenait le Blues For Ceauşescu du Fatima Mansions sur la totalité d’un album.”
“Disque malade mais addictif, nous pouvons parler d’une drogue dure, d’une geôlier machiavélique mais jamais sournois, qui quand il s’accoquine avec l’after punk, lui donne aussi des sueurs froides. Diabolique.”

Longueurs d’ondes, 23/02/2016
“Cut-up bruitiste doux pour les oreilles, rituel aphrodisiaque aux concrètes vertus planantes, un disque qui illumine le chaos du monde.”

MuzzArt
, 02/02/2016
“Mirador permet l'évasion, enchante avec ses claviers bavards et tient toujours ses promesses”
“Tropical Horses fait preuve de brio, d'inspiration... et n'obéit à aucune règle.”

Silence is sexy, 29/02/2016

“Ce Mirador donne envie d’être excessif. Sans se départir de ses habitudes rock lo-fi et électro amosphérique, Tropical Horses les pervertit ici d’effets sonores à l’excès, guitares saturées, pianos décadents, voix électrique. Une sorte de shoegaze second degré, saturé jusqu’à en devenir hypnotique, des titres inquiétants comme des hymnes de messes noires, et un final big beat psychédélique, comme une incitation à danser sur les braises.”


The Drone, 11/02/2016
“Nous n’avons pas ici affaire à un bloc de noirceur impénétrable mais à une version séraphique de Suicide qui réveillera vos passions pour les hautes falaises, un défouloir cathartique hybride et hilare entre rock garage, shogaze et électronique psychédélique.”
“Les ambiances psychédéliques animées par quelques orgues lugubres ne nous font pas seulement flairer la patte de The Fall mais aussi les synthés d'un rythm’n’ blues du milieu des années 60 sur ‘Hologram’ ou encore le goût de The Cramps pour les substantifs salaces et malpropres.”


Addict Culture, 16/03/2016
“C’est jouissif et ça fait du bien de se faire secouer dans tous les sens.”
“un vrai coup de cœur pour cet album exigeant et original et pour cet artiste qui s’affranchit de toutes limites et ose toutes les expérimentations sans oublier d’écrire de véritables chansons.”

Madafaka, 25/02/2016
“Une musique pop et savoureuse se mélange avec des expérimentations réverbérées aux accents shoegaze. Aussi dissonant que le bruit des vagues qui nous percutent en pleine tempête, Mirador est un tourbillon de bonnes idées acérées et de puissance naturelle.”

Droguistes, 29/02/2016

“un album qu’on jurerait avoir été conçu après une écoute abusive et sous acide d’un mash-up d’Atrocity Exhibition et d’Atmosphere de Joy Division. Mais le sourire en coin”

Sensation Rock, 18/02/2016
“Un son sale pour faire des chansons pop.”
“Ivresse masochiste des morceaux saccadés pour un album hors-norme et dérangé.”

Foutraque, 16/02/2016
“Tentez l’expérience, et après une première écoute, votre cerveau réclamera chaque jours une dose de Mirador, car il sera en manque d'hormone sonique échappée de cet album « hors norme ».”

Benzine, 15/02/2016
“Un art complexe et bruitiste, pas avare d’expérimentations sonores en tous genres mais qui a ce pouvoir de nous faire sentir et comprendre l’ineffable.”
“Tropical Horses ne se contente pas de resservir les recettes éculées du shoegaze, il s’en sert plutôt comme d’un outil pour faire résonner son rock malade mais créatif, nourri de musiques électroniques voire industrielles et de protopunk (Alan Vega en tête). Max-Antoine Le Corre porte en lui une pulsion minimale, celle du rock décadent, un art brut et régressif, capable de nous entraîner dans une danse satanique.”
“Pas sûr qu’on soit accepté un jour au paradis après avoir goûté à un tel fruit défendu.”

Villa Schweppes, Décembre 2015

“L’influence de Suicide est toujours là, bien présente, mais rencontre un groove aussi sec et brutal que celui qu'on imaginerait issu d'un truck de Mad Max. Surtout, voici le grand plongeon dans un psychédélisme moderne, électronique et (bad) trippé : en 10 minutes, le néo-parisien développe son hysterie mécanique sur fond de bain de minuit dans une piscine remplie d'acide.”