Fleau_II_frontcover_330

Retour au catalogue

Fléau

II
2018-03-29

2 × LP / 5 tracks / 49:16
200 copies: 2 × black vinyl
Collector edition: 50 hand-numbered copies (transparent vinyl edition + artist book, Organs, by Raphaël Lugassy)
—————————————————————————————————
Written, performed and produced by Mathieu Mégemont
Mastered by Cyrille Gachet
—————————————————————————————————
Instruments: Crumar Multiman-S, DSI Mopho, Korg MS-20, Realistic/Moog MG-1, Roland JX-3P, Roland JP-08 ; Piano ; Vocals
—————————————————————————————————
Photographs: Raphaël Lugassy
Design: Myriam Barchechat
—————————————————————————————————
(p) & (c) 2018, Anywave / Atelier Ciseaux
ANYVIN008 / AC38
—————————————————————————————————
Shop: https://anywave.bandcamp.com/album/ii

 


Reviews

 

XSilence
“La bande son idéale pour une ballade nocturne flippante à souhait.”
”Contemporaines, contemplatives et captivantes, les pistes de "II" s'apprivoisent doucement, se révèlent lentement et surtout, sont un superbe hommage à ces machines, atteignant presque le point de fusion où elles ne font plus qu'un avec l'homme.”


Limonadier
“Comme le montage d’un très bon film, les différentes couches de synthétiseurs s’ajoutent et se superposent dans un timing parfait. On se laisse donc prendre petit à petit, pour terminer complètement immergé, ailleurs. Mais ce qui finit par nous terrasser complètement, c’est la richesse de son univers.”


Repartiseraren
“It introduces a whole other complexity found otherwise within more alternative electronic genres – creeping in between the ambiguous nature of the sweeping, soothing landscapes of sound that hook you in.”

Le Drone

“Bien heureusement, certains résistent encore et toujours à l'envahisseur et creusent un sillon sombre mais pas nécessairement leur propre tombeau créatif. C'est le cas du projet Fléau (...) qui privilégie l'ambiance à la puissance, se démarquant ainsi radicalement de la nouvelle garde synthcore, un peu bourrine et pas très maline. Sur II, bien nommé deuxième album de son projet solo, il convoque élégamment le "hall of fame" des soundtracks badants, de Philip Glass au Broadcast de Berberian Sound Studio en y injectant une bonne dose d'ésotérisme qui nous ferait presque oublier les pantalonnades du Anton Lavey musicien. Faire peur en musique sans faire rire (ou bailler), ce n'est pas donné à tout le monde.”

Le Bombardier

“La marque de Fléau repose sur la recherche d’une synergie des nappes de synthés tonitruantes qui se superposent et s’assemblent, à l’image du morceau “III” et sa montée légère, qui prend le temps de s’installer avant de laisser place à une symphonie délicate et tragique. C’est à travers cette sensation de vertige permanent, comme une descente aux enfers ultra-lente, que la musique de Fléau se révèle la plus efficace : brute, désarmante et dans l’air du temps.”

Gonzaï

“Les disques les plus passionnants de la décennie, ceux qui la racontent mieux, sont invisibles. Ils sont ces messes au volume minimum qu’on n’entend qu’en tendant l’oreille ; ils sont ces oratorios glaçants tels que Mathieu Mégemont, leader de Fléau, semble pouvoir en composer à la pelle”